Entre la lumière et l'obscurité
 
Dans le Samyukta Agama【雜阿含經】, un sutra écrit dans la période du Bouddhisme originel, le Bouddha donnait un discours sur les quatre phrases significatives et profondes qui précisaient comment l'humanité pouvait progresser spirituellement ou régresser. Ces quatre phrases sont : « De l'obscurité et la pauvreté, renaître dans la lumière et l'honneur ; de la lumière et l'honneur, renaître dans l'obscurité et la pauvreté ; de la lumière et l'honneur, renaître dans les cieux ; de l'obscurité et la pauvreté, renaître dans les enfers. » La signification de ces quelques phrases est analysée comme suit :

這個頁面上的內容需要較新版本的 Adobe Flash Player。

取得 Adobe Flash Player

Quand un individu est né dans une famille pauvre menant une vie difficile à cause du karma dans son existence antérieure, on est supposé avoir une vie sombre. Toutefois, si on essaie de vivre vigoureusement pour se rendre fort en étant bienveillant, serviable et en contribuant à la société, on sera sûrement respecté après tout. En outre, si on croit au Bouddhisme dans cette vie présente et est destiné à compter et à s’appuyer sur un Guru éveillé, et si on pratique le Tantra avec diligence et protège de tout coeur le Dharma correct du Bouddha, son karma passé sera donc éliminé. En faisant ainsi, on peut avoir une percée de la trajectoire de son destin initial et on s’approche d’un avenir lumineux. L'individu mène finalement une vie améliorée et c’est ce que signifie « de l'obscurité et la pauvreté, renaître dans la lumière et l'honneur ».
   
Au contraire, un individu est né dans une famille fortunée possédant à la fois de la richesse et du pouvoir et on est également destiné à suivre un Guru éveillé pour pratiquer le Dharma correct du Bouddha. Cependant, on est avalé par l’avidité, la colère, l’ignorance, la jalousie ainsi que l’orgueil qui l’empêchent d’apprécier tous les mérites accumulés dans son existence antérieure. On devient par conséquent physiquement et mentalement confus et ne croit plus en la cause à effet. On ne parvient pas à se conformer aux préceptes tantriques et calomnie même son Guru. Finalement, sa sagesse de Dharmakaya est brûlée en cendres et on va sûrement tomber dans l’Avici Naraka (l'enfer) dans sa vie d’après. Le déclin d'une situation noble et lumineuse vers un niveau beaucoup plus bas est une vie erronée. C’est ce que signifie « de la lumière et l'honneur, renaître dans l'obscurité et la pauvreté ».
   
Si un être fortuné possède de la richesse et du pouvoir, il peut toujours prendre soin des autres, être généreux et participer activement au travail caritatif pour aider les pauvres. De plus, le destin lui permet de prendre refuge dans un Guru tantrique et il apprend à abandonner les cinq désirs et à pratiquer de manière intensive, on dit qu’il mène une vie sage dans sa transcendance d’une personne ordinaire vers une personne "sainte". C’est ce que signifie « de la lumière et l'honneur, renaître dans les cieux ».
   
Sous l'influence du karma dans son existence antérieure, cet être pauvre souffre de frustrations dans la vie présente. Sauf si on se corrige rapidement pour se débarrasser de son mauvais comportement ou de ses mauvais actes accumulés, c’est en vain, même si on a suffisamment de la chance pour recevoir l'enseignement et la bénédiction d'un Guru. En outre, si cet individu n’est pas assez ferme mais envahi par l'ignorance, il aura des vues hétérodoxes et ne croira pas par la suite en la cause à effet. On enfreint alors les préceptes tantriques, dénigre son Guru, diffame le Bouddha et calomnie le dharma. Sans apprécier les bénédictions qu’on est supposé avoir, cela est si pitoyable et triste qu’on manque son opportunité distinguée d'apprendre le Bouddhisme dans cette vie. Pire encore est qu’on a offensé les Quatorze Chutes-Racines du Vajrayana et on est sûr d'être condamné à Avici Naraka (l'enfer) après la mort avec un emprisonnement éternel. Ce genre de vie décadente nous dit ce que signifie « de l'obscurité et la pauvreté, renaître dans les enfers ».
 

Voici une histoire qui s’était déroulée pendant l’époque du Bouddha :

Il était une fois un enfant unique qui était né dans une famille riche. Ses parents le considéraient comme leur trésor et recherchaient partout d'excellents professeurs pour lui, en espérant qu'il réussirait dès que possible. Cependant, il était turbulent, stupide et distrait, ce qui le rendait incapable de bien étudier. Ses parents lui disaient alors de gérer les affaires familiales. Malheureusement, il était gâté, indiscipliné, paresseux ; de plus, il n’était pas bon dans la gestion financière et ne savait pas faire des économies. En conséquence, il épuisa tout son patrimoine. Malgré cela, il ne se remettait pas en cause mais se plaignait et blâmait les autres pour les erreurs. Il traitait ses parents et proches comme des ennemis et ses amis se séparaient de lui. Il fut finalement délaissé. A ce moment là, il pensa tout à coup à une idée : pourquoi ne pas aller voir Bouddha et demander à être Son disciple. Il alla alors au monastère du Bouddha, se prosterna devant le Bouddha et pria le Bouddha de l'accepter comme Son disciple.
Le Bouddha lui fit alors un discours : « Pour apprendre le dharma de Bouddha, le premier critère est d'avoir un comportement pur. Cependant, vous êtes maintenant rempli de rancoeur, si vous êtes autorisé à rejoindre mon Sangha (la communauté bouddhiste) dans de telles circonstances, pensez-vous que cela est bénéfique ? Je vous suggère d'abord de rentrer pour apprendre à exercer la piété filiale, à être prudent en paroles et en actes, à travailler avec ardeur ainsi qu’à assumer les responsabilités. Lorsque vous pouvez remplir tout cela, revenez vers moi pour le dharma. »
Le Bouddha continua à énoncer les gathas suivantes pour lui : « Pour bien se comporter, on doit avoir des connaissances, prendre souvent bien soin de ses proches, ne jamais être paresseux ou indiscipliné, être capable de pratiquer le dana (remarque : "dana" signifie donner, l'une des étapes préliminaires essentielles de la pratique bouddhiste. Elle est liée au don, semblable à "l’aumône" dans les pays occidentaux). L’acte effectué dans le présent deviendra la cause de ce que vous recevrez dans la prochaine renaissance. Pour apprendre le dharma de Bouddha, il est essentiel d'abandonner la stupidité et l'ignorance ainsi que d’éviter d'être la boue dans la boue sale puisqu’un Sramana (un moine bouddhiste) devrait être non souillé après tout ! »
Après avoir écouté attentivement l'enseignement du Bouddha, il fut rempli de joie et se prosterna devant le Bouddha de nouveau pour montrer sa révérence. Il retourna ensuite dans sa ville natale. En quelques jours successifs, il pensa encore et encore à l'enseignement du Bouddha avant de réaliser qu'il avait tort. Il se confessa pour se repentir sincèrement de ses méfaits et jura de commencer une nouvelle vie.

Dès lors, il montrait une obéissance filiale à ses parents, respectait ses professeurs, tenait la maison de manière diligente et économe et se comportait humblement et poliment envers les autres. De plus, il pratiquait toujours le dana et soutenait les œuvres de charité. Il était progressivement accepté et loué par les autres. Trois ans plus tard, il réapparut devant le siège du Bouddha. Il plaça ses genoux, ses coudes et sa tête au sol en s’inclinant devant le Bouddha pour montrer son plus grand respect. Il pleura avec chagrin pour implorer le Bouddha de l'accepter comme Son disciple. Le Bouddha savait bien qu'il s’était déjà vraiment corrigé, il fut alors accepté comme un Sramana. Depuis lors, il pratiquait la méditation avec diligence et finalement, il réalisa les Six Abhijna (puissance surnaturelle omniprésente) et atteignit l’état d’Arhat (remarque : Arhat est une personne parfaite).

Post-scriptum :
Comme les humains ne sont pas encore devenus des êtres saints, il est inévitable qu'ils puissent parfois faire des erreurs. Notre Guru nous enseigne toujours que nous devrions souvent introspecter notre comportement pour nous assurer que notre conduite est toujours sur la bonne voie. Lorsque des erreurs sont commises, si et seulement si nous pouvons vraiment nous repentir et avoir le courage de faire des corrections, le karma commis sera facilement effacé et nous pouvons donc être encore capable d'atteindre le lumineux Arya-gocara (terre sacrée) à partir de l’obscurité un jour.