Bouddha saute par-dessus le mur
 

Le dharma du Bouddha est si profond qu'il n’est pas facile pour une personne laïque de comprendre. Ainsi, quand un bouddhiste laïc (remarque : disciples du Bouddhisme, mais non membres du Sangha ; les bouddhistes laïcs ne sont en fait ni des moines ni des nonnes) prêche le Bouddhisme, on peut occasionnellement employer des exemples tirés de la vie quotidienne pour faciliter les êtres à saisir la vérité cachée. Un jour, un bouddhiste laïc fut interrogé sur l’école à laquelle il appartenait, il répondit en plaisantant qu'il était de la branche "bol de melon d’hiver". (Remarque : en chinois, la prononciation de " bol" est le même que " école") Le bouddhiste laïc est en fait une personne grandement éveillée dans le Bouddhisme ; il a déjà complètement maîtrisé les doctrines bouddhistes. Comme le "bol de melon d’hiver" contient une variété d'ingrédients, il a effectivement fait usage de cette caractéristique de "bol de melon d’hiver" pour exprimer implicitement que le Bouddhisme est parfait et harmonieux incluant l’essence de toutes les branches. Mais ce "bol de melon d’hiver" est un peu trop commun pour refléter le niveau spirituel du bouddhiste laïc. A mon avis, si un type de nourriture était choisi comme la métaphore, un aliment plus précieux devrait être remplacé pour décrire la pratique profonde du bouddhiste laïc. Ainsi, au moins un "Bouddha saute par-dessus le mur" sera plus approprié. C’est une sorte de soupe qui est cuisinée avec divers ingrédients célèbres et de valeur dont les abalones, les concombres de mer, les ailerons de requins et les estomacs de poissons. C’est tellement délicieux que son goût et son parfum restent dans les dents suscitant des pensées sans fin sur elle après l’avoir dégustée.

Les recettes de cette délicieuse soupe "Bouddha saute par-dessus le mur" peuvent être trouvées partout et il est facile d'en avoir une dans la main. Toutefois, cela ne veut pas dire que tous ceux qui possèdent une recette peuvent préparer une savoureuse marmite de "Bouddha saute par-dessus le mur". Pour bien cuisiner, il faut être guidé par des chefs expérimentés et pratiquer les techniques culinaires pendant de nombreuses années avant que l'on puisse vraiment cuisiner de la nourriture délicieuse. Qu'en est-il de l'apprentissage du dharma de Bouddha qui est quelque chose de spirituel ? De même, les sutras de Bouddha sont largement répandus de nos jours ; il n’est pas du tout difficile de trouver un sutra à lire. Cependant, si on veut saisir complètement le sens du dharma, on doit être enseigné par un Guru éveillé.

Il est inévitable pour les débutants de se rendre dans des centres d'enseignement de différentes écoles pour apprendre le Bouddhisme, mais si ce genre de recherche se poursuit indéfiniment, cela finira par devenir une perte de temps avec rien de réalisé au bout du compte. Selon le Sutra de l'Ornementation Fleurie du Bouddha Grands Moyens Expansifs【大方廣佛華嚴經】, Sudhanakumara (l'enfant de la richesse) avait étudié auprès d’un total de cinquante-trois bons mentors avant de décider finalement de prendre refuge auprès du Bodhisattva Avalokitesvara (le Bodhisattva Guanyin, le 27ème bon mentor auprès duquel il avait étudié) qui lui avait enseigné des méthodes de pratique plus approfondies dans le Bouddhisme. Il avait finalement réussi et atteint certains accomplissements. Par conséquent, si on veut atteindre un certain niveau de réalisation dans sa pratique, on doit suivre ce que Sudhanakumara avait fait : rechercher puis prendre la décision de prendre refuge auprès du maître le plus approprié pour se concentrer sur la pratique.

Dans le Bouddhisme tantrique, nous nommons respectueusement notre Guru le Vajra Acarya parce que le Corps, la Parole et l'Esprit d'un Guru s’incarnent entièrement dans les Trois Joyaux : le Corps du Guru est le Sangha, sa Parole est le Dharma et son Esprit est le Bouddha. Le Guru est une unification des corps d’émanation de Bouddhas des Dix Directions, ainsi, quand on peut prendre refuge en lui, c’est comme si on se réfugie dans les Trois Joyaux. Au moment où vous prenez refuge dans un Guru, ce dernier vous a déjà octroyé des ingrédients suprêmes comme des abalones, des concombres de mer, des ailerons de requins et des estomacs de poisson, etc. Plus important encore, le Guru est "l’être expérimenté" qui comprend clairement chaque étape dans la pratique du dharma de Bouddha. C’est uniquement avec l'aide de notre Guru que nous pouvons obtenir "la transmission de pouvoir", "la proclamation de Tantra", "les transmissions verbales des astuces"… En plus de ses efforts inlassables et de sa poursuite constante vers la perfection, être capable de cuisiner le savoureux "Bouddha saute par-dessus le mur" mentionné par le bouddhiste laïc devient quelque chose de réalisable rapidement.