J’aimerais reconnaître votre Rinpoche comme mon Guru
 
Un membre camarade fit une demande à Rinpoche : « Les membres de ma famille, mes amis et collègues savent tous que je crois au Bouddhisme et ai appris le Bouddhisme, et que je suis aussi un bouddhiste pieux. De plus, ils surfent souvent sur notre site du Vajrayana. De là, ils ont appris beaucoup de principes fondamentaux du Bouddhisme et la philosophie de la Vie qui stimulent la pensée profonde, purifient les âmes tout en bénéficiant à la santé physique et mentale. Ils indiquent tous qu'ils aimeraient beaucoup reconnaître mon Rinpoche comme leur Guru ! En outre, récemment, un certain nombre de lecteurs qui ont parcouru notre site du Vajrayana nous envoient des lettres sans que nous ne sachions comment ils ont pu connaître notre adresse de correspondance. Dans leurs lettres, ils demandent sincèrement et espèrent prendre refuge en notre Rinpoche ! Ressentant leur grande sincérité et leur confiance persistante, j'espère vraiment par la présente que Rinpoche pourra les admettre avec compassion ! »

Rinpoche répondit au membre camarade avec une expression bienveillante sur son visage : « Ils ont de bonnes racines et possèdent également une bonne intention. Transmettez-leur mes paroles : « Je ne refuse pas de les accepter comme mes disciples, mais le problème est que le temps et la prédestination de le faire ne sont pas compatibles. Premièrement, je dois fréquemment me déplacer dans beaucoup d'endroits du monde. Les circonstances sont aujourd'hui très différentes de celles d’il y a 25 ans quand je pouvais vous enseigner en personne. De mémoire pendant cette période, si nous ne pouvions pas nous rencontrer quotidiennement, vous vous rassembliez tous les deux jours pour écouter mon discours. Tout au moins, nous pouvions nous arranger pour nous voir une fois par semaine. Mais maintenant, il faut un minimum de trois mois en moyenne avant que nous ne puissions nous rencontrer. Deuxièmement, mon âge est avancé, ce qui me rend incapable (en terme de temps) d’enseigner de nouveau à partir des théories de base du Bouddhisme exotérique et ésotérique pour de nouveaux débutants. En outre, je me retire souvent au stade actuel pour faire de la méditation et lire des sutras silencieusement ; le temps pour ma pratique personnelle devient plutôt insuffisant. Troisièmement, c’est le problème de la répartition du temps qui ne me permet pas de tout traiter en même temps... etc. » Ce que je viens de dire maintenant est comme avoir versé un pot d'eau froide sur leur tête et cela peut beaucoup les décevoir. Ils peuvent même penser que je refuse de prendre refuge. Cela n’enfreindrait-il pas le principe bouddhiste de sauver les êtres avec compassion ? En fait, j'avais une telle pensée il y a de nombreuses années ; ce n’est ni une excuse pour les refuser, ni un moyen pour les consoler ! Avant la décision de me présenter pour répandre l’enseignement bouddhiste, j’avais déjà deviné l'existence d’un tel phénomène un jour ! »

Rinpoche continua de commenter : « Subhuti Thera (une personne honorable), l'un des dix grands disciples du Bouddha, avait demandé au Bouddha Sakyamuni une question sur la délivrance des êtres et le Bouddha répondit : « Je n’ai sauvé aucun être et ce sont les êtres qui deviennent éveillés par eux-mêmes. » Tout comme le dit le Sutra du Diamant : « le Bouddha dit à Subhuti : les bons fils et les bonnes filles, pour ceux qui aspirent à l’annuttara-samyak-sambodhicitta, feront naître une pensée que je devrais délivrer tous les êtres. Après avoir délivré tous les êtres, il se trouve qu’il n’y a en fait aucun être qui est délivré. » Par conséquent, lorsque les divers Bouddhas délivrent les êtres, ce sont en fait les êtres qui se sont délivrés eux-mêmes. C’est parce que les êtres emploient leurs propres vertus bénies ainsi que l’hetupratyaya (causes) pour parvenir à l’Eveil et aux récompenses de la réalisation. Ils sont alors capable d’éprouver la manifestation de divers Bouddhas et Bodhisattvas dans leur cœur et cela est connu comme le Guru de sa propre nature. »

Rinpoche continua de dire : « J'ai déjà mis en ligne dans notre site internet beaucoup d'informations concernant le Bouddhisme exotérique et ésotérique, les vérités bouddhiques, les mots-Dharma de la sagesse, la quintessence du Bouddhisme, etc., ainsi que les autres enseignements contenant la philosophie de la vie. D'ailleurs, ces informations sur l'essence du Bouddhisme qui aident à promouvoir notre esprit et notre âme seront continuellement mises en ligne dans l’avenir. Après avoir parcouru notre site internet du Vajrayana, la quantité d'informations qu'ils peuvent apprendre, assimiler et digérer ainsi que leur mise en œuvre réelle et leur persévérance dans la réalisation de ce qu'ils ont appris sont leur bonne fortune ! Hutuktu Kanjurwa (un Bouddha vivant de la Mongolie intérieure, 1914–1978) a dit : « Celui qui est (physiquement) à proximité de son Guru peut être le plus éloigné du Guru (mentalement). » Leur demande de prendre refuge pour être mes disciples ou leur demande pour un certificat bouddhiste est seulement quelque chose de superficiel. Supposons que je vous admette maintenant comme mon disciple, mais dans l'avenir, vous me niez en tant que votre Guru, c’est en vain au bout du compte ! En outre, un certificat bouddhiste est seulement une matière tangible dans le monde qui est semblable à une feuille de certificat de mariage. Est-il possible de garantir qu’il n’y aura pas de divorce après la signature d'un certificat de mariage ? N’oubliez pas qu'un certificat est fabriqué à partir de matériaux dans le monde, il doit alors subir la formation, le maintien, la destruction et le vide (les Quatre Kalpas) ! Apprendre en profondeur et ressentir au fond du coeur sont les moyens les plus essentiels et significatifs pour apprendre le Bouddhisme. En faisant ainsi, un pont interconnecté sera alors mis en place entre les âmes du Guru et de son disciple. La capacité de toujours garder le Bouddhisme dans son esprit ainsi que l'apprentissage des vues justes du Bouddhisme sont les plus importants. Par conséquent, il est inutile de persister à me reconnaître comme votre Guru ! »

Le membre camarade alla plus loin : « J'ai appris que certains lecteurs du site ont déjà identifié et considéré notre Rinpoche comme leur Guru dans leur esprit, mais ils n’ont jamais vu Rinpoche en personne. Ainsi, j'ose solliciter au nom de ces internautes la permission de Rinpoche, voir s'il est possible de faire un arrangement pour eux afin de rencontrer Rinpoche ou d’obtenir une précieuse photo de Rinpoche ? »
Rinpoche répondit avec un sourire : « Concentrer son effort sur la spiritualité est particulièrement important pour apprendre le Bouddhisme. Garder la foi sincère et tout ira bien, on va alors naturellement ressentir la réponse et l'interaction sans la nécessité de se rencontrer ou de posséder des photos. Un jour, lorsque je quitterai ce monde et entrerai dans le Paranirvana (nirvana après la mort, c’est l'état où les derniers restes de la vie physique disparaissent et aucune autre renaissance n’a lieu), ma photo sera mise sur le site internet. »

Rinpoche exhorta ces internautes sincères à enrichir leurs esprits vierges et ineptes par la compréhension des principes bouddhistes ainsi que des principes tantriques du Vajrayana en premier et ensuite par l’établissement d’une base solide sur eux, s'ils espèrent vraiment prendre refuge. Cela est considéré comme une épreuve pour les lecteurs (de site du Vajrayana). Si l'on peut bien apprendre et suivre le Bouddhisme comme instruit, on sera en mesure de rencontrer Rinpoche même dans le Ciel lorsque les liens auront mûri !

Enfin, Rinpoche conseilla : « Les enfants, comme vous êtes tous assez chanceux de posséder un précieux corps humain dans cette vie, comme dit le vieux dicton : "Avoir une renaissance humaine est rare, écouter des enseignements du Dharma du Bouddha est rare. Une fois la forme humaine perdue, il est difficile de la retrouver même après dix mille kalpas." Par conséquent, on ne doit pas gaspiller cette vie, on ne doit pas non plus gaspiller du temps précieux et gâcher sa jeunesse. Vous pouvez aller à des endroits comme le Tibet ou le Qinghai en Chine, le Népal, l'Inde et le Bhoutan, etc. pour rechercher localement des enseignements auprès des Rinpoches appartenant à des écoles bouddhistes, comme les écoles des Coiffes Rouges, Blanches, Jaunes et l’école Sakyapa. »