Les désirs
 

Rinpoche fit un discours en premier le 17 avril 1994
Rinpoche le réitéra dans l’Association Vajrayana (France) en octobre 1994
Mis en ligne sur le site le 24 septembre 2014 (environ vingt ans après)

 
Introduction
A l'ère du Bouddhisme originel dans les temps anciens, l'humanité était relativement simple d'esprit et avec peu de désirs. Les désirs des gens étaient très simples pour les vêtements, la nourriture, l'abri (le logement) et le transport. De plus, les gens n'avaient pas besoin de différents types de monnaies nationales. Plus encore, il n'y avait pas de besoin ni de désir de spéculer sur l'or, l'argent, les biens immobiliers, le terrain, les devises, les actions ou les achats sur marge. Ils se contentaient de leur situation. Avec moins de séduction matérielle à cette époque-là, c’était relativement plus facile d’enrayer leurs désirs.
Avec les progrès de la civilisation et le développement culturel, les désirs de l'humanité ont commencé à croître et à s'étendre (tout le monde rêve de gagner le premier prix du loto demain et c'est encore mieux si l’on peut le gagner plusieurs fois de suite). Le cœur des désirs (l’envie des désirs) devient plus lourd et plus compliqué dans lequel il tend à croître en quantité et à s'accumuler sans restriction.
Si les gens contemporains sont invités à purifier leurs cœurs et à limiter leurs désirs en ayant l'esprit de renonciation pour quitter la société civilisée moderne et s'isoler dans les montagnes éloignées afin de pratiquer spirituellement seuls, cela ne semble plus être une voie possible puisque ce n’est pas compatible avec l'environnement actuel de nos jours ou que ce n’est pas une méthode qui convient aux gens ordinaires.
   
Contenu
1. Comme la Terre continue de tourner et le temps ne cesse d’avancer, personne n'est capable de forcer la civilisation et la culture à aller dans un "sens opposé" (retourner en arrière dans l'histoire), à revenir vers l'espace et le temps du Bouddhisme originel dans les temps anciens pour que l'humanité puisse rétablir une excellente qualité spirituelle : se contenter de peu, avec moins de désirs.
2. Le Bouddhisme ésotérique (Bouddhisme tantrique / Bouddhisme Vajrayana) apparaît dans le Monde de Saha (remarque : au sens étroit, il se réfère au monde dans lequel il y a des souffrances) sur une opportunité et il émerge parmi les gens sur Terre. Sa voie habile et opportune est conforme aux mentalités, aux changements dans la vie et aux tendances culturelles de l'humanité contemporaine afin de les guider vers le bon chemin de l'illumination complète. Le Bouddhisme ésotérique est une voie ayant l'état le plus élevé parmi les 84000 voies de Dharma dans le Bouddhisme. Bouddha Sakyamuni et d'autres Patriarches de toutes ères ont employé cette doctrine pour réprimer les désirs infinis des gens contemporains. Ainsi, dans leSutra Vimalakirti Nirdesa (維摩經)】, il est préconisé de : « hameçonner les êtres en satisfaisant leurs désirs (remarque : les désirs ne dénotent pas la luxure ici) d'abord et ensuite les guider vers la Sagesse de Bouddha. » Les désirs sont utilisés comme une "méthode pratique" pour recevoir et rassembler les êtres.
3. Parmi toutes les méthodes éducatives (à l'école) et religieuses dans le monde, quels que soient leurs contenus et leurs formes, peu importe la grandeur de leurs compétences, aucune n'est capable de gérer ou de faire cesser les désirs humains. En outre, avec le débordement du matérialisme dans la société contemporaine, les esprits et les âmes des gens deviennent fragiles et faibles. En conséquence, dans n’importe quelle religion, si la seule méthode enseignée est de réprimer les désirs, elle ira au contraire à l’encontre du but recherché et augmentera la pression intérieure des êtres humains. L'incapacité d'utiliser la bonne voie (pour réprimer les désirs) induira la germination de plus de problèmes sociaux, par exemple, des maladies comme la dépression, l'autisme ou même différents types de suicides, etc.
4. Les doctrines tantriques se servent du torrent furieux des désirs humains pour produire la force motrice énorme afin que l'humanité commence à pratiquer. En ce cas, les désirs sont "beaucoup mieux utilisés" pour aider les gens à pratiquer jusqu'à atteindre le plus haut état suprême. Ainsi, il est inutile pour les débutants du Bouddhisme tantrique de purifier leurs cœurs ou de restreindre leurs passions, de mener une vie pure et propre, de vider les quatre éléments (remarque : la terre, l'eau, le feu et l'air dont le monde est constitué) avant qu'ils ne puissent commencer à pratiquer la conduite ainsi que le Dharma.
5. Si seulement le cri de slogans ou le chant de louanges comme "Ceux qui voudraient être aidés devraient venir !" ou "Croyez en xx et vous serez sauvé", etc., sont utilisés pour prêcher et guider les gens à s’approcher d’une certaine religion, le nombre de personnes qui viennent ne sera pas grand. Au contraire, si l’on dit comme cela, "Ceux qui voudraient être riches devraient venir !", "Croyez en xx et vous serez riches", "Fête d’ouverture du Trésor par Guan-yin / Kwun Yum (une conviction sociale chinoise sur le fait que les disciples pieux vont au temple de Guan-yin le 26 janvier du calendrier lunaire pour mener des activités religieuses afin d'emprunter des trésors de Guan-yin)" ou "Celui qui veut devenir riche, vient alors croire au Bouddhisme ésotérique", etc., beaucoup de gens fonceront peut-être pour y aller en premier de peur d’être en retard. En vue du fait que la plupart des gens ordinaires dans le monde aiment la richesse, il existe une méthode si pratique dans le Bouddhisme tantrique que le "Dharma des Dieux de la richesse" est d'abord enseigné au nouveau croyant (c'est ce que signifie hameçonner les êtres en satisfaisant leurs désirs) et on lui prêche ensuite par une orientation appropriée dans l'ordre prescrit durant le processus (de devenir un pratiquant tantrique). En d'autres termes, on doit lui faire en sorte d’avoir d'abord la foi sincère dans le Bouddhisme, puis de vénérer tous les Bouddhas, ensuite, de générer l’esprit de la renonciation, les Quatre Coeurs Incommensurables (la Bienveillance, la Compassion, la Joie et la Renonciation), la Bodhicitta, etc., de telle sorte que le bon karma soit planté goutte par goutte. A la fin de sa vie, la conscience de l'âme peut probablement être promue au Kamavacara Deva (remarque : le Domaine des Désirs, l'un des Trois Domaines et les deux autres sont le Domaine de la Forme et le Domaine du sans-Forme) et l’on devient un Gardien du Bouddhisme. Quand on s’est délivré (l’amélioration du cœur et de l'âme) de cette manière, l'esprit illusoire d'un homme mortel à l’origine est progressivement transformé en esprit de la Bodhi de tous les Bouddhas et Bodhisattvas car des gouttelettes de bon karma ont déjà été plantées. On peut donc aider à sauver les autres et cet acte finira par mener vers l’acquisition de la Sagesse de Bouddha. Le Bouddhisme ésotérique réalise non seulement votre souhait, mais vous accorde aussi la détermination de sauver d'autres personnes mondaines après être devenu riche.
Conclusion
Pour la plupart des débutants du Bouddhisme ésotérique, leur but initial est généralement de réaliser leurs souhaits avec le pouvoir de Dharma appris. Afin d’acquérir une plus grande capacité, on essaie d'étudier activement le Bouddhisme ésotérique (en ce cas, les désirs deviennent un faisceau d'énergie positive). Plus on s’efforce d’étudier profondément (le Bouddhisme tantrique), plus la cognition et la vue justes obtenues rendront son esprit "incliné vers le bon chemin" ainsi que ses pensées "normalisées". Bien que le désir soit réalisé, il ne s’étendra plus sans restriction, mais il est au contraire correctement bloqué. Avec les compétences profondes au cours du temps, l’esprit sera alors transformé de la conscience vers la vraie sagesse. On deviendra un sage tantrique réalisé exceptionnel qui pourra finalement naître dans la terre du Bouddha dans la vie future et atteindre l'Eveil ainsi que la Bouddhéité. Le Bouddhisme ésotérique peut nous permettre d'atteindre la Sagesse suprême. Cependant, si l'on n'a pas essayé réellement de le mettre en pratique, une personne ordinaire ne peut absolument pas comprendre le Paramartha (le vrai sens) ainsi que la quintessence du Bouddhisme ésotérique. Parmi les dix écoles du Bouddhisme, neuf appartiennent au Bouddhisme exotérique alors qu'une seule appartient au Bouddhisme ésotérique. Le Bouddhisme ésotérique est extraordinairement, incomparablement rare et précieux comme le Bijou Mani (une perle brillante lumineuse symbolisant le Bouddha et Ses Doctrines). Nous espérons sincèrement que nous pouvons tous apprécier la pratique du Bouddhisme ésotérique afin que notre klesa (la douleur et les états d'esprit des illusions comme la détresse, l'affliction, l'inquiétude, le trouble, l'anxiété, la peur, la colère, la jalousie, le désir, la dépression, etc.) puisse être transformé en Bodhi (la connaissance, la compréhension et la sagesse parfaite). De cette façon, nous sommes capables de transformer la conscience en vraie sagesse pour atteindre complètement l'état de Bouddha dès que possible.
 

Post-scriptum
Extrait du site
Biographies de Grands Maîtres > Maître de la lignée Nyingma (de l’école des Coiffes rouges) >>
Un enregistrement du discours de Dharma de Nora Khutukutu (la première partie) >>>

Question : Pourrions-nous avoir le plaisir de connaître la cause et l'existence du Bouddhisme ésotérique ?

Réponse : A l'époque précédent les innombrables Kalpas, les êtres étaient purs et honnêtes, le Bouddhisme n’était donc pas divisé en branches. De la transmission du Bouddha Adi, le premier Bouddha, vers le Bouddha Vairocana, puis vers les Cinq Dhyani Bouddhas (les Cinq Tathagatas de Sagesse), une seule voie simple était recherchée et c'était la réalisation de soi dans l'esprit. Il n'y avait pas d'autres dharmas. Après les Cinq Bouddhas Dhyani, il y avait les Bouddhas des Dix Directions. Le Bouddha Amitabha de l’Ouest des Cinq Bouddhas Dhyani transmit le Bouddhisme de la Terre Pure au Bodhisattva Avalokitesvara aux Mille Bras. En voyant que les êtres (à cette époque-là) étaient de différentes bases dans l'apprentissage du Bouddhisme, Bodhisattva Avalokitesvara aux Mille Bras a donc introduit la méthode pratique en divisant le Bouddhisme en trois doctrines différentes : le Bouddhisme exotérique, le Bouddhisme ésotérique et l’aspiration à la Bodhicitta pour que plus d’êtres pussent être touchés et inspirés en conséquence et être sauvés universellement. A propos de la cause de la transmission du Bouddhisme ésotérique par Bouddha Sakyamuni dans le monde, cela commença avec une Altesse royale en Inde qui avait offert des repas à Bouddha Sakyamuni et à Ses disciples. Bouddha Sakyamuni conseilla à l'Altesse royale d'apprendre le Bouddhisme, mais celui-ci répondit avec un sourire : « Pour apprendre Votre Bouddhisme, non seulement on doit mener une vie ascétique, mais il faut aussi des années de pratiques avant que l'on puisse atteindre la réalisation. Je ne suis pas du tout intéressé par ce genre de pratique. S'il y a une sorte de Dharma qui nous permette d’atteindre la Bouddhéité d'un seul coup sans avoir besoin de chasser ses épouses et sa richesse, je serai prêt à le pratiquer. » Bouddha Sakyamuni savait à l'avance que l'Altesse royale était une grande base tantrique. Il répondit également à l'Altesse avec un sourire et lui transmit le Bouddhisme ésotérique immédiatement. Après la transmission du Bouddhisme ésotérique, l'esprit de l'Altesse royale fut éveillé soudainement et il devint un Bouddha aussitôt. Un grand nombre des membres de sa famille atteignit également la bouddhéité en même temps. A ce moment-là, tous les disciples de Bouddha Sakyamuni soupçonnaient leur Maître d’agir par intérêt et dirent : « Nous avons tous rejeté nos femmes et enfants pour apprendre ascétiquement auprès du Maître pendant de nombreuses années, mais nous n’avons pas encore appris le grand Dharma. En revanche, l'Altesse ne Vous a offert qu'un repas et il a reçu la transmission du grand Dharma pour devenir un Bouddha immédiatement. Cela a dû être causé par l'inégalité de l'esprit du Maître. » Bouddha Sakyamuni leur expliqua donc : « Vous êtes la base du Bouddhisme exotérique alors que l'Altesse est de fondement tantrique dans lequel vos destins sont totalement différents. Lorsque tous les Bouddhas et les Tathagatas délivrent universellement les êtres, Ils suivent l'appel et l'inspiration dans différentes occasions. Ce n'est pas causé par l'inégalité de l’esprit du Maître. »

Après avoir écouté l'explication du Bouddha, la plupart des disciples y crurent. Mais, il y en avait encore qui n'étaient pas d'accord. Dès lors, la Doctrine du Bouddhisme ésotérique fut répandue dans le monde. Quant à l'origine du Bouddhisme Vajrayana tibétain, Bouddha Sakyamuni avait fait des prédictions à ce sujet. Il est écrit dans un Sutra : « Huit ans après que je sois entré dans le Nirvana, il apparaît un homme qui est transformé à partir d’un lotus dans un endroit appelé Uddiyana. Cet homme est pleinement rempli de tous types de pouvoirs surnaturels et de sagesses qui lui permettent non seulement de surmonter des démons, mais aussi de propager les méthodes ésotériques suprêmes. » L'homme se réfère à Padmasambhava Mahasattva (grand être). Né comme un Bouddha, Padmasambhava Mahasattva avait développé et répandu le Bouddhisme tantrique en Inde pendant plus de huit cents ans avant d'être cordialement invité au Tibet par le roi tibétain pour propager le Bouddhisme ésotérique. Ainsi, le Bouddhisme ésotérique a été propagé de l'Inde au Tibet. Il a ensuite été transmis de Guru en Guru jusqu'à ce jour. Ceci est la cause et l'existence générales du Bouddhisme ésotérique.