La voie des trois types de pratiquants
 

Le « Grand Exposé des étapes de la voie » composé par le maître bouddhiste Vajrayana Tsongkhapa (et ayant pour source principale la « Lampe sur la voie de l'Eveil » écrit par maître Atisha) décompose l'enseignement bouddhique en « voie des trois types de pratiquants » : la voie du pratiquant de capacité inférieure, du pratiquant de capacité intermédiaire, et du pratiquant de capacité supérieure. La « voie des trois types de pratiquants » désigne toutes les étapes indispensables de la pratique spirituelle à traverser entre le début de l'engagement et l'atteinte de l'esprit d'Eveil, c'est la voie de la pratique progressive du niveau initial au niveau profond.

Avant d'entrer dans la voie, on devrait se rapprocher des « amis de bien », réfléchir sur la difficulté d'obtenir un corps humain. On accède ensuite de manière progressive à la « voie des trois types de pratiquants ». Se rapprocher des amis de bien est la base de la pratique de tout enseignement bouddhiste ; il faut se rapprocher des amis de bien pour pouvoir entrer dans la voie bouddhiste. Après avoir accédé à la voie, il faut réfléchir à la difficulté d'obtenir un corps humain « libre et qualifié », dans le but de cultiver l'esprit de la voie, de s'encourager et de pratiquer diligemment. Une fois ces préliminaires bien effectués, on pourra alors entamer la « voie des trois types de pratiquants ».

La voie du pratiquant de capacité inférieure

Le pratiquant de capacité inférieure a pour but d'obtenir de bonnes renaissances. La « voie du pratiquant de capacité inférieure » est celle menant à la délivrance des trois états inférieurs d'existence, à l'atteinte des états vertueux célestes. Elle possède les caractéristiques du véhicule des hommes et des dieux.

La voie du pratiquant de capacité inférieure comprend quatre grandes parties : réfléchir à l'impermanence de la vie humaine, penser à la souffrance des trois états inférieurs d'existence, prendre refuge dans les Trois Joyaux et avoir une foi profonde dans la loi de cause à effet. Tout d'abord, il faut réfléchir à l'impermanence de la vie humaine, puis à la souffrance des trois états inférieurs d'existence ; par peur de la souffrance des états inférieurs d'existence, on peut alors prendre sincèrement refuge dans les Trois Joyaux, puis croire profondément en la théorie de cause à effet enseignée par Bouddha, et ainsi, abandonner les actes négatifs et accumuler les actions vertueuses.

En résumé, la méthode de pratique de la voie du pratiquant de capacité inférieure est de rompre les dix actes non vertueux et de cultiver les dix actes vertueux ; grâce au mérite de cette pratique, elle permet de s'éloigner des états inférieurs d'existence et de renaître dans l'état d'existence des dieux.

Suivre uniquement la voie du pratiquant de capacité inférieure, bien que permettant une renaissance dans l'état des dieux, ne mène pas à la délivrance du samsara ; c'est pourquoi, on devrait emprunter la voie du pratiquant de capacité intermédiaire.

La voie du pratiquant de capacité intermédiaire

Le pratiquant de capacité intermédiaire a pour but de se libérer individuellement du cycle de vie et de mort. La « voie du pratiquant de capacité intermédiaire » est celle menant à la délivrance du samsara, à l'abandon des troubles et à l'atteinte du nirvana. Elle possède les caractéristiques du véhicule des Auditeurs et des Eveillés solitaires.

Le pratiquant de capacité intermédiaire se base sur la pratique des quatre nobles vérités et des douze liens de la coproduction conditionnée. Il devrait d'abord penser à la souffrance dans le cycle de samsara (noble vérité de la souffrance) afin d'avoir la détermination de s'en libérer ; puis réfléchir à la cause de la souffrance du cycle de renaissance que sont les troubles et le karma (noble vérité de l'origine de la souffrance), et être déterminé à abandonner ces troubles. Quant à la méthode de la délivrance, elle consiste à pratiquer les trois disciplines « précepte, méditation, sagesse » (noble vérité de la voie) qui permettent de se libérer du cycle de vie et de mort, et d'atteindre le nirvana (noble vérité de la cessation).

Après la pratique de la voie du pratiquant de capacité intermédiaire, on devrait penser que, malgré la possibilité de nous délivrer nous-même du cycle de vie et de mort, il y a encore beaucoup d'êtres perdus dans l'océan de souffrance du samsara. Ainsi, pour sauver tous les êtres, on devrait pratiquer la voie du pratiquant de capacité supérieure.

La voie du pratiquant de capacité supérieure

Le pratiquant de capacité supérieure vise à atteindre la bouddhéité pour le bénéfice de tous les êtres. La « voie du pratiquant de capacité supérieure » est celle de l'engagement de l'esprit d'Eveil, de la pratique de la voie des Bodhisattvas et de l'atteinte au fruit de l'Eveil. Elle possède les caractéristiques du Mahayana.

La voie du pratiquant de capacité supérieure comprend deux parties : l'aspiration à l'esprit d'Eveil et la pratique de la voie des Bodhisattvas. Il devrait d'abord pratiquer la méthode consistant à cultiver l'esprit d'Eveil pour, ensuite, entamer la pratique. La pratique de la voie des Bodhisattvas porte principalement sur les « six perfections », sur les « quatre méthodes de pacification ». Il s'agit d'apprendre les six perfections pour mûrir son propre esprit, de pratiquer les quatre méthodes de pacification pour le mûrissement des êtres.

Après la voie du pratiquant de capacité supérieure, le pratiquant peut se baser sur les enseignements théoriques et pratiques du Hinayana et du Mahayana pour entrer dans la pratique du Vajrayana, pratiquer les « phases de génération et de perfection », afin d'atteindre l'état de Bouddha.

Conclusion
La voie des trois types de pratiquants représente les étapes de la voie, c'est aussi une progression indispensable pour l'atteinte de l'Eveil suprême. Avant de pratiquer la voie de capacité supérieure, il faut d'abord avoir pour base la voie de capacité inférieure et la voie de capacité intermédiaire. Parmi les trois types de pratiquants, le précédent est le fondement du suivant. La voie des trois types de pratiquants constitue une voie bouddhiste intégrale. Ainsi, un pratiquant du Mahayana ne doit négliger aucune voie et pratiquer de manière équitable et progressive.

La voie des trois types de pratiquants, que l'on soit pratiquant du Bouddhisme exotérique ou ésotérique, doit être étudiée. Ainsi, est-elle aussi nommée « voie commune ». Afin d'atteindre rapidement l'Eveil suprême et être bénéfique à autrui, un pratiquant du Mahayana, en ayant pour base la pratique de cette voie commune, devrait s'engager à poursuivre la pratique de la voie du Vajrayana. Si on veut pratiquer les trois classes de Tantras, il faut d'abord pratiquer le yoga avec signes, puis le yoga sans signes pour atteindre les différents niveaux de réalisation du Vajrayana ; si on veut pratiquer l'Anuttara Tantra, on devrait d'abord pratiquer la « phase de génération » puis la « phase de perfection » pour finalement atteindre l'état de Bouddha.