Les cinq crimes

 

Les cinq crimes, également appelés les cinq crimes sans rémission, sont les crimes les plus lourds. On distingue les cinq crimes du Hinayana et ceux du Mahayana.

(I) Les cinq crimes du Hinayana :

  1. Tuer sa mère ;
  2. Tuer son père ;
  3. Tuer un Ahrat ;
  4. Faire saigner Bouddha avec une mauvaise intention ;
  5. Détruire l'harmonie du Sangha.

Ces cinq crimes entraînent, après la mort, une renaissance dans l'enfer Avici (l'enfer sans rémission) ; c'est pourquoi, ils sont aussi appelés les cinq crimes sans rémission. Par ailleurs, on trouve une autre liste de cinq crimes qui sont proches des cinq crimes sans rémission et qui génèrent des karmas semblables : violenter une femme Arhat, tuer un Bodhisattva entré en stabilité méditative, tuer un saint érudit, voler les biens du Sangha et endommager un stupa.

(II) Les cinq crimes du Mahayana (selon le Sutra Mahasatya-nirgrantha) :

  1. Endommager un stupa, brûler une statue ou un sutra, s'emparer des objets des Trois Joyaux ; ou inciter autrui à commettre de tels actes et s'en réjouir ;
  2. Médire un auditeur, un éveillé pour soi et le Dharma du Mahayana ;
  3. Empêcher un moine de pratiquer, ou tuer un moine ;
  4. Commettre l'un des cinq crimes du Hinayana ;
  5. Prétendre la non existence de la loi de causalité et commettre les dix actes non vertueux ; ou ne pas craindre les conséquences karmiques dans les vies futures et inciter autrui à commettre les dix actes mauvais.
 
NB : Au sujet de la gravité des cinq crimes, tuer son père est le moins grave, tuer sa mère est un peu plus grave, tuer un Ahrat devient grave, faire saigner un Bouddha est encore plus grave et détruire l'harmonie du Sangha est le plus grave.