Nirvana
 
Nirvana est un terme sanscrit.
Beaucoup d’anciens traducteurs le traduisent comme une cessation, un apaisement, une non naissance, une réalité non conditionnée, une paix heureuse, une délivrance, etc.
La nouvelle traduction emploie le terme Parinirvana qui est traduit comme un accomplissement, une liberté, une absence de naissance et de cessation.
La cessation, elle signifie cessation du cycle de causalité de la vie et de la mort.
L’apaisement, elle signifie paix suprême dans la vacuité, réalité inconditionnée.
La non naissance, c’est ne plus renaître dans la souffrance de la vie et de la mort.
La réalité non conditionnée, c’est ne plus produire de lien causal karmique.
La paix heureuse, c'est la paix absolue et la joie
La délivrance, c’est l’éloignement de tout effet karmique.
Le Nirvana, c’est éliminer complètement tous les phénomènes du monde pour ne demeurer que dans un état d’accomplissement et de paix absolue. C’est pourquoi dans le Nirvana, il n’y a jamais de tourments ni de souffrances de la vie, avec dorénavant aucune causalité à subir, c’est-à-dire qu'il n’y a plus de renaissance dans le cycle du samsara.
Le Nirvana ne peut être pleinement compris que par une personne sainte ayant personnellement atteint l’Eveil. Les personnes n’ayant pas encore atteint le Nirvana devraient au moins connaître ses 3 particularités :
  Le Nirvana, c’est la pérennité, c’est l’absence de naissance avec lien de causalité, il existe sans conditions.
  Le Nirvana, c’est le bonheur, c’est là où il n’y a aucune souffrance.
  Le Nirvana, c’est l’absence d’ego, c'est-à-dire qu’il n’y a pas de Nirvana dans l’ego et pas d’ego dans le Nirvana. Dans le Nirvana, il n’y a pas de concepts liés à "aller, venir, entrer, sortir ".
Le Nirvana est un état d’Eveil final non dissociable. Il est totalement par-delà le monde et n’a qu'une nature véritable, c’est donc un monde inconditionné immortel qui surpasse entièrement le monde conditionné.
Dans l'Inde ancienne, les pratiquants bouddhistes de l’époque ne pouvaient pas comprendre ce qu’était le Nirvana. Par la suite, Bouddha prêcha le Dharma, les disciples pratiquèrent avec diligence, puis, peu à peu, des gens atteignirent le Nirvana. Ce furent des Arhats, des auditeurs du quatrième stade, qui abandonnèrent leur vie pour atteindre le Nirvana sans restes.
Lorsqu’un pratiquant bouddhiste s’éteint, beaucoup de gens le vénèrent comme ayant entré dans le Nirvana. Mais le Nirvana est souvent employé par la plupart des gens comme un synonyme de la mort, ceci est une très grande mal interprétation du vrai sens du Nirvana.
De nos jours, le mot Nirvana est utilisé de manière abusive ; par exemple, nous entendons souvent des personnes citant des moines/des nonnes éteints dire « qu’ils/elles sont déjà entré(e)s dans le Nirvana ». Pour les moines/les nonnes accomplis, l’utilisation du terme classique sanscrit « Nirvana » est plus approprié.
     
Nirvana avec restes et Nirvana sans restes
Le Nirvana avec restes est un état de délivrance du cycle de vie et de mort, mais il reste encore un corps avec des agrégats physiques.
Le Nirvana sans restes est un état de délivrance du cycle de vie et de mort où même le corps avec des agrégats physiques est éteint et il ne reste plus rien.
Ces deux types de Nirvana sont de même nature, excepté que le Nirvana sans restes apparaît lors de la mort.
 
Le Nirvana sans restes et le Nirvana avec restes des Arhats et des Bodhisattvas
Selon les écoles du Hinayana, les Arhats sont totalement délivrés des tourments, du karma, du cycle de la vie et de la mort, mais leur corps issu des effets karmiques demeure encore, ceci est appelé le Nirvana avec restes. Autrement dit, même si les causes du cycle de leurs existences sont complètement éliminées, ils continuent à vivre dans un corps, avec des agrégats contaminés. Au moment où le corps issu des effets karmiques meurt également, avec dorénavant aucune causalité à subir, ceci est alors appelé le Nirvana sans restes.
Selon les écoles du Mahayana, l’extinction définitive des causes du cycle des existences pour des Boddhisattvas est appelée le Nirvana avec restes. Il faut atteindre l’extinction définitive des effets du cycle des existences et posséder ainsi le corps permanent d’un Bouddha, pour que l’on nomme alors le Nirvana sans restes.
Les écoles du Mahayana et du Hinayana se sont différenciées : le Nirvana dans le Hinayana est désigné comme « avec restes » car il demeure encore une subtile ignorance, alors que le Nirvana dans le Mahayana est désigné comme « sans restes » car c’est un état de cessation définitive où plus rien ne reste.