Extrait du site de Buddhist Vajrayana Charity Funds Association et traduit (斷與證) en français :
 
Rupture et réalisation
 

Lorsque l’on décide d'apprendre le Bouddhisme et de pratiquer, on doit comprendre où l’on se trouve actuellement. Que faut-il rompre dans cette position ? Quelle réalisation recherche-t-on ? Ensuite, en prenant une approche par étape dans la pratique spirituelle, les résultats peuvent être atteints et la réalisation peut être tirée de la pratique.

Par exemple, les Cinq Préceptes fondamentaux du Hinayana aident les pratiquants à éviter de commettre du mauvais karmas afin d’obtenir la libération individuelle ; ils sont ainsi nommés comme le "Précepte de la libération individuelle (別解脫戒)". En adhérant bien aux Cinq Préceptes, on peut s'engager au Précepte d'Assimilation de la Vertu (攝善法戒) afin de pratiquer toutes les bonnes actions. On peut ensuite observer le Précepte d’Enrichissement des Bienfaits aux Etres (饒益有情戒) et pratiquer largement tous les dharmas vertueux au profit des êtres. Par conséquent, les préceptes aident les pratiquants à rompre le mal et à cultiver la bienveillance. La pratique des Six Perfections n'est significative que si l'on observe bien les préceptes. Pour les gens ordinaires, peu importe comment ils sont audacieux dans la pratique, sans préceptes, leur diligence est en vain.

Une fois que les préceptes du Hinayana et du Mahayana sont bien observés, que les pratiques des bienfaits pour soi et pour autrui sont parfaitement menées et que le pratiquant maintient un bon relationnel avec les autres, on peut alors faire un pas supplémentaire pour être plus proche du Bouddha. Ensuite, on peut pratiquer le Vajrayana par étape : en commençant par la pratique du Kriya Tantra (Tantra de l’Action), du Carya Tantra (Tantra de la Conduite) et du Yoga Tantra.

Le Tantra de l’Action, c’est s’approcher et s’occuper des Bouddhas. Si une personne n'est pas bonne sur l'éthique et la morale, et si l’on n'observe pas les préceptes, on ne peut pas s'approcher du Bouddha même si l’on a fait des offrandes au Bouddha et construit un temple bouddhique ; et même si l'on s'est réfugié dans le Bouddha depuis un certain nombre d'années, tout sera en vain. Par conséquent, quand on s'approche et s'occupe du Bouddha, on doit se demander si son propre esprit s'accorde bien avec le Bouddhisme.
Après le Tantra de l’Action, c’est le Tantra de la Conduite qui consiste à apprendre la conduite du Bouddha, incluant la récitation de mantra et la visualisation, ce qui permet à un pratiquant de pratiquer la récitation du nom du Bouddha et de se souvenir du Bouddha. A l’intérieur de cela, la relation entre le Bouddha et le pratiquant peut être classée dans "l’Apparition de face", c'est-à-dire avec le signe d'approcher et d'assister ; dans "l’Apparition de dessus de la tête", qui correspond aux qualifications du pratiquant ; et dans "l’Apparition de l'intérieur", qui atteint le cœur du pratiquant, il y a alors le Yoga et la réalisation de l'unification peut être acquise.
Le Tantra Yoga permet d’acquérir seulement le Corps de Samaya, apparaissant de l’intérieur. Le Corps de Sagesse peut être acquis lorsque l'on atteint la Deuxième Phase d’inititation et la Troisième Phase d’initiation (remarque : on distingue quatre types d'initiations dans l'Anuttarayoga Tantra : l'initiation du vase, l'initiation secrète, l'initiation de la sagesse et l'initiation ultime). Le Corps de Samadhi peut être acquis lorsque la Quatrième Phase d’inititation est atteinte.
Le Corps de Samadhi est le Corps de Dharma (Dharmakaya) de la pratique bouddhiste, le Corps de Sagesse est le Corps de Jouissance (Sambhogakaya) de la pratique bouddhiste, et le Corps de Samaya est le Corps d’Emanation (Nirmanakaya) de la pratique bouddhiste.
 

La partie ci-dessus est du point de vue des préceptes et des corps (Kaya). En évoquant la vacuité, étape par étape, on pratique à partir de "la vacuité du non-soi de la personne" (atma-sunyata) du Hinayana, puis en progressant vers "la vacuité du non-soi du Dharma" (dharma-sunyata) de la Voie du Bodhisattva.
Ensuite, on pratique la visualisation du Yidam pour entrer dans la "vacuité du non-soi du Bouddha". A partir de ces trois types de vacuité de l’absence de soi, on peut atteindre tout au long du chemin le plus haut niveau dans le Vajrayana pour devenir le Corps de l’Entité-Nature. Ceci dit, on acquiert le Corps de l’Entité-Nature à partir de la Vacuité de l’Entité-Nature, le Corps de la Sagesse du Grand Plaisir à partir de la Vacuité de la Sagesse du Grand Plaisir. De là, on peut voir que la Nature de la Vacuité est aussi pratiquée et réalisée progressivement à partir du Hinayana, puis du Mahayana et vers le Vajrayana.

Le pratiquant doit comprendre ce qui doit être rompu à chaque niveau, il/elle aura ainsi la possibilité d’acquérir la réalisation de cette position particulière du Dharma. Par exemple, le cœur d'impermanence aide à rompre toutes les causes de perte de temps dans la vie et la mort, et à rompre tous types de consommation frivole dans la vie qui réduit l’espérance de vie, et qui réduit votre lien avec la pratique bouddhiste. C'est rompre avec les démons et les obstacles du temps. Une fois la rupture effectuée, le "Cœur de la Diligence" est démontré, et il y a du temps pour la pratique bouddhiste.

Tout le monde connaît leSutra Vajra (Sutra du Diamant)avec son nom complet leSutra Vajracchedika Prajnaparamita, qui est aussi connu sous le nom deSutra du Discours du Bouddha sur la capacité de rompre le Vajracchedika Prajnaparamita(Remarque : le nom chinois est【佛說能斷金剛般若波羅蜜多經】. Le titre repose sur la puissance du vajra (du diamant ou de la foudre) pour couper des choses comme une métaphore, c’est-à-dire sur le type de sagesse qui coupe et brise les illusions pour arriver à la réalité ultime). Nous devrions tous prêter attention au mot "rompre".
Que devons-nous rompre ? Pour rompre toutes les souffrances, tous les soucis, tous les non-dharmas (c'est-à-dire le non-Bouddhisme) afin d'acquérir la Sagesse du Diamant-Perfection / le Vajra Prajna-paramita (indestructible). Si l’on n'a pas ce genre d'esprit de "rupture", comment peut-on acquérir l’accomplissement et la réalisation certifiée !

Enfin, mentionnons ici entre parenthèses que le Vajrayana parle de "rupture" qui signifie "se détacher et couper immédiatement", c'est-à-dire couper le clou et trancher le fer (remarque : c'est un idiome chinois) ce qui dénote une action résolue et décisive sans hésitation avec une action plutôt rapide. Ce terme est différent d'un autre terme "élimination". "Elimination" signifie se débarrasser ou enlever lentement et progressivement avec une vitesse plutôt lente.
Peu importe que l'on soit un bouddhiste dévoué, un bouddhiste qui a observé des préceptes ou un pratiquant du Vajrayana, on doit immédiatement "rompre" tout acte qui enfreint les préceptes. Il faut ensuite révéler et confesser l'infraction jusqu'à ce qu'il y ait un signe de reconnaissance que l'infraction est effacée. Par exemple, si vous avez participé à certaines activités exercées par des sectes religieuses (existant depuis plus de 30 ans) avec des anomalies, des sectes nouvellement ressuscitées ou non-bouddhistes, tout cela est considéré comme un "mauvais lien" (le Vajrayana souligne particulièrement l'importance de l'origine). Si vous ne "rompez" pas immédiatement, ou si vous fréquentez encore discrètement ces sectes sans vous en détacher, vous êtes contaminé par "l’origine de pollution" au minimum. Puisque vous vous êtes mêlés à des idées erronées en apprenant et en écoutant ces sectes anormales et non-justes, vous n'aurez pas de bons mérites, de bons résultats positifs, ni d'excellents accomplissements, et votre réalisation dans cette vie rencontrera naturellement des difficultés et plus sérieusement, cela affectera votre prochaine vie !