Extrait du site de Buddhist Vajrayana Charity Funds Association et traduit (眾生) en français :
 
Les Etres
 

Le terme "êtres" se réfère généralement aux êtres dans le domaine de l'illusion.
LeSutra Agama Divers (雜阿含經)】Fasc.6 indique : « Le Bouddha dit à Radha, ceux qui sont attachés et entachés par la Forme, sont appelés êtres ; ceux qui sont attachés et entachés par la Sensation, la Perception, la Volition et la Conscience, sont appelés êtres. »
LeSutra Agama Long (長阿含經)】Fasc.22 (世本緣品) mentionne : « Pas de hiérarchie entre les hommes et les femmes, également aucune différence dans le nom, tous les êtres qui sont nés dans ce monde, sont donc appelés êtres. »
Et selon l'explication dans leRécit de la Lumière Kosa (俱舍論光記)》Fasc.1 : « Ceux qui souffrent de nombreuses existences cycliques (la vie et la mort), sont donc appelés êtres. »
LeTraité de la Grande Vertu de Sagesse (大智度論) 》Fasc.31 et leSutra Mahayanabhisamaya (大乘同性經)】Fasc.1 déclarent : « Les êtres sont la combinaison temporaire de cinq agrégats et la synergie des conditions, ils sont donc appelés êtres. »
LeSutra du Ni Croissance Ni Décroissance (不增不減經)】mentionne : « Le corps de dharma (Dharmakaya) est enchevêtré par des troubles et des soucis, faisant l’aller-retour autour de la vie et la mort, ainsi appelés êtres. » Généralement, ceux qui sont recouverts par l'ignorance et les troubles, et qui se réincarnent à l'intérieur de l’existence cyclique, sont les êtres.

Le Bouddhisme indique que les êtres dans l'univers sont innombrables et inimaginables. Outre les êtres qui existent sur la terre où nous vivons, il y a aussi l'existence d'êtres sur d'innombrables planètes dans l'univers. Hormis les êtres que nous pouvons voir à l’oeil nu, il y a aussi beaucoup d'êtres que nous ne pouvons pas voir à l’oeil nu. Le Bouddha avait pointé une fois du doigt vers un verre d'eau sur la table et dit que dans le seul verre d'eau, il y avait l'existence de 84 mille êtres (dans le Sutra bouddhiste, 84 mille signifient que le nombre est innombrable) !

Même dans le progrès scientifique d'aujourd'hui, quand on examine sous le microscope, peut-il y avoir moins de 10 millions micro-organismes dans un verre d'eau ? Il y a plus de 2500 ans, Bouddha Sakyamuni, sans l'aide du microscope, avait pu déclarer de tels faits si scientifiquement justes. Comment ne peut-on pas être sincèrement convaincu (par Bouddha) ?

Le Bouddhisme considère que tous les êtres possèdent de la fortune et de la sagesse sans limites. Sur le phénomène, chaque individu est totalement différent ; cependant, du point de vue de la nature propre (nature de Bouddha), ils sont complètement égaux.

Le Bouddhisme considère également que la vie humaine ne s'arrête jamais et qu'il n'y a jamais d'interruption, et favorise le concept du temps à travers les étapes suivantes de la vie : la vie passée, la vie présente et la vie future.
Les êtres humains passent par la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort. De plus, les "Naissance Stabilité Altération Disparition" de toutes les matières et les "Formation Maintien Destruction Vide" du monde sont identiques.
Cependant, la mort ne signifie pas l'extinction de la vie humaine. La vie humaine est continue. Les "Naissance Maladie Vieillesse Mort" sont juste des phénomènes de la vie humaine alors que la nature propre de la vie humaine est la "Non-naissance et Non-cessation (non-extinction)". Par conséquent, la vie humaine est l'incarnation unie à la fois de la "Naissance et Cessation" et de la "Non-naissance et Non-cessation" ; et c'est l'échange mutuel de toutes les matières et les énergies.
Ainsi, le Bouddhisme a sa théorie de la réincarnation des six domaines, c’est-à-dire qu’une forme de vie inférieure peut évoluer vers une forme de vie avancée, et qu’en même temps, une forme de vie avancée peut dégénérer vers une forme de vie inférieure. Au cours de ce processus de changement, la nature de Bouddha ne change pas, mais existe au sein de la "conscience" stockée. Par conséquent, le Bouddhisme préconise que l'on doit mener de bons actes, accumuler de la vertu, pratiquer le Bouddhisme avec diligence afin de se libérer de la souffrance de la réincarnation.